Ceningan : un autre tourisme via le réseau de tourisme communautaire (JED) ?

Publié le par projets.d.iles.over-blog.com

 

LembonganAlgue1On arrive à l’île de Ceningan par un pont suspendu qui relie l’île à sa voisine : Nusa Lembogan. Nous y venons le mardi 3 août pour rencontrer Lama, le guide local du réseau JED www.jed.or.id. Nous prenons place à ses côtés sur un de ces salons suspendus qu’on trouve tout au long de la côte et qui est un peu ce que nos bancs publics étaient autrefois. Les hommes viennent s’y détendre et plaisanter aux heures les plus chaudes de la journée.

 

Au cours de notre discussion, Lama ne s’adressera qu’à moi même si c’est Giulia qui l’interroge. Il expliquera très posément que ce sont les hommes qui prennent les décisions dans les familles indonésiennes car ce n’est pas un rôle que les femmes peuvent assumer. Quand une famille a un garçon, le plus souvent les parents ne souhaitent pas avoir un autre enfant. En revanche si c’est une fille, ils continueront jusqu’à ce que le spermatozoïde pourvu du chromosome Y l’emporte. Garçon c’est laki-laki en indonésien. On hoche la tête, hébétés, en répondant « oui, lucky-lucky » ce qui a pour effet de finir de le combler de satisfaction.

 

Lama reçoit chaque année une centaine de touristes. Le principe est que les visiteurs viennent passer deux jours au sein d’une famille de cultivateurs d’algue. Ils participent au travail quotidien, puis session de snorkeling au milieu de la mangrove. Ils mangent et passent la nuit dans la maison de la famille hôte et repartent le lendemain.

 

Un vrai projet éco-touristique donc où les visiteurs découvrent la vie des gens, s’écartant des chemins balisés. Très bien donc si ce n’est qu’on ne saisit pas encore comment la valeur est répartie, ce qui n’est pas à notre avis de moindre importance dans un projet Eco Touristique. En effet, il en coûtera 1,2M roupies par personne, transport inclus depuis Bali. Hors en lui posant la question, on estime à la louche que sur ces 100€ que JED fait payer, il n’y a environ que 40€ qui arriveront à Ceningan. Ca paraît assez peu équitable comme affaire mais il faudra qu’on se renseigne plus précisément.

 

… contre le projet « Green Island »


Lama.jpgL’éco-tourisme n’est que la partie émergée d’un combat plus important que Lama a initié en 2000 contre BTDC. BTDC, Bali Tourism Development Center, est une entreprise privée mais qui appartient au gouvernement (une forme juridique inconnue), qui a en charge l’aménagement pour le développement touristique. Confortée par le gouvernement, BTDC projette de faire de Ceningan un nouveau site d’accueil du tourisme de masse. Le projet, emballé sous l’appellation marketing de Green Island, est de construire 16 hôtels de luxe sur cette petite île.

 

Aux 150 familles qui vivent exclusivement de la culture d’algues et donc de l’exploitation de la mer, on propose de vendre leurs terres côtières et de déménager dans le centre de l’île sur une surface de 17 hectares (moins de 1/4 de la surface de l’île) qui leur sera gratuitement  destinée ! Ils pourront ainsi profiter d’un formidable point de vue sur les parcs d’algues mais l’accès leur en sera un peu compliqué. On ne peut pas tout avoir. 

 

Avec l’appui de Wisnu (ONG environnementale très active et très respectée à Bali : www.wisnu.or.id), Lama et 15 autres personnes inquiètes pour le futur de leur île et de ses familles décident de stopper le projet touristique, créent une ONG (www.nusaceningan.org) et multiplient les rencontres avec les différents banjar (sEnfantsSerangan2.jpgorte de quartier traditionnel).  Quand les investisseurs et le gouvernement viennent cérémonieusement sur l’île croyant officialiser le lancement de « l’Île Verte », les villageois refusent à l’unanimité de vendre leurs terres à la grande surprise de la BTDC à qui le gouvernement avait déjà garanti l’assentiment de la population locale.

 

Nous prenons la route du retour, par le pont ballotant dont de plus en plus de planches manquent. Depuis l’opposition au projet touristique (2002), le gouvernement semble avoir oublié cette île ... pas si sûr d’après Lama.  Peut être que dans quelques années le petit pont en bois sera remplacé par un grand pont en béton et un panneau souhaitant la bienvenue aux touristes: Selamat Datang di Green Island! On pourra alors reprendre cette route en toute confiance.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article